Comment trouver un employeur dans le domaine de l’hôtellerie-restauration?

Publié par Anna Massé © Kelformation le

Trouver un employeur en alternance relève parfois du parcours du combattant. Heureusement, le secteur de l’hôtellerie-restauration reste l’un de ceux qui offrent le plus d’opportunités… à condition d’adopter la bonne attitude. Les conseils de professionnels pour décrocher un contrat sur mesure.

Choisir en fonction de ses goûts et de ses besoins

« Que l’on choisisse de postuler dans un grand hôtel ou un restaurant de quartier, l’important est de se reconnaître dans l’entreprise », souligne Romain Courault, responsable pédagogique à l’IFA Adolphe Chauvin à Osny. Il faut aussi que les techniques de cuisine utilisées soient similaires à celles de la formation. Un restaurant japonais, par exemple, malgré sa technicité, ne prépare pas à l’examen du CAP basé sur la cuisine française. 

S'adapter au rythme de la restauration

Les métiers liés à la restauration impliquent souvent de travailler avec des horaires décalés. Avant de démarcher les entreprises, pensez à faire le point sur votre mobilité. Quel trajet vous faudra-t-il parcourir tous les jours ? Si vous dépendez des transports en commun, vous sera-t-il possible d'arriver sur votre lieu de travail et d'en repartir aux heures exigées par votre employeur ?

Découvrez les formations pour devenir cuisinier

Multiplier les sources

Les écoles sont les premiers interlocuteurs pour trouver un lieu d'apprentissage. Même si vous n'êtes pas encore officiellement inscrit, n'hésitez pas à vous renseigner auprès de votre futur établissement. Vous trouverez également des annonces sur les sites spécialisés. La candidature spontanée est aussi une possibilité, mais pour Romain Courault, « le mieux est d’appeler avant de vous présenter et de fixer un rendez-vous pour apporter votre CV. En venant à l’improviste, vous risquez d’être mal accueilli. »

En déposant votre CV à l’accueil d’une grande structure hôtelière, vous multipliez vos chances qu’il soit transmis aux ressources humaines, qui d’ordinaire ne donnent pas la priorité au recrutement d’apprentis. « Si la réponse se fait attendre, il ne faut pas hésiter à appeler pour demander à parler au chef de cuisine, cibler la personne qui aura besoin de vous,», conseille le responsable pédagogique.

Une présentation impeccable pour l’art de la table

Si se présenter dans une tenue correcte est un conseil qui s’applique à tout entretien d’embauche, un soin tout particulier doit être apporté dans l’hôtellerie-restauration. « C’est un métier d'image et de contact avec le public. Nous demandons à nos élèves de porter un costume lorsqu’ils se rendent à un entretien pour être apprenti cuisinier », confirme Yann Poulet, coordinateur des programmes de l’école Ferrandi. Si vous souhaitez travailler chez un artisan pâtissier, le costume sera superflu. Sébastien Doley, responsable pédagogique à l’Institut National de la Boulangerie Pâtisserie, conseille tout de même de ne pas négliger certains détails : « une tenue propre suffit, mais il faut par exemple penser à enlever ses piercings, qui ne sont pas autorisés dans un laboratoire de pâtisserie. »

Intégrer une brigade, un engagement

Les métiers de la restauration demandent de l’assiduité et de la rigueur. Les employeurs peuvent être méfiants vis-à-vis de jeunes qui travaillent pour la première fois. Il est important de rassurer votre employeur sur votre sérieux et de lui montrer que vous avez compris les exigences du métier.  Il faut éviter à tout prix d'être passif, avise Sébastien Doley. Il est nécessaire d'avoir préparé son argumentaire à l'avance, de s'être renseigné sur les horaires particuliers au métier et bien sûr de connaître l'entreprise. Il faut montrer qu'on a quelque chose à apporter. »

Savoir transmettre sa passion pour les produits et le terroir

Votre passion et votre curiosité sont vos meilleurs atouts dans ce secteur. Souvent, les candidats inexpérimentés pensent qu’ils n’ont rien à mettre en valeur. Or, comme le souligne Romain Courault, toutes les initiatives de découverte du métier apporte une plus-value à votre profil : « un jeune qui cultive des légumes dans son jardin, aide ses parents maraîchers, ou simplement aime recevoir ses amis à dîner témoigne déjà d’un intérêt pour son terroir et la cuisine. »

Connaître l'univers culinaire même si on débute

Montrer votre motivation passe aussi par une culture du métier. « Si un chef l’interroge sur des notions de base en cuisine ou sur les grands chefs, le candidat doit faire preuve de répondant », insiste Yann Poulet. Renseignez-vous également sur les différents postes en cuisine et les tâches attribuées à chacun. Il est aussi important de connaître les spécificités des restaurants, l’organisation sera différente dans un établissement bistronomique, gastronomique ou un club de restauration.

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

Pas de commentaire

Publicité

Les offres de formation

Les fiches métiers

Les dernières brèves

Dans la même rubrique