Master en alternance : avez-vous le profil ?

Publié par © Kelformation - Agnès Wojciechowicz le

Suivre une formation en alternance est un véritable sacerdoce. Une maxime d’autant plus vraie dans le cadre d’un master. Cette option demande certaines prédispositions et plusieurs qualités pour faire de ces années un véritable succès.

Avoir un projet professionnel clair

« L’élève doit avoir défini un vrai projet professionnel, car suivre un master en alternance exige beaucoup de temps et d’investissement », explique Georges Aublé, co-responsable du Master vente et management commercial de l’IAE de Lyon. Une année de master représente effectivement « deux années en une », avec une semaine sur les bancs de l’école et deux en entreprise. Aussi, il vaut mieux avoir déterminé le métier que vous souhaitez exercer par la suite. De fait, « un master en alternance, c’est dur, rappelle Nathalie Merminoz, responsable de l’alternance de l’IAE de Grenoble. Et si l’alternance ne correspond pas au métier que l’on veut exercer, cela peut être difficile de tenir deux ans. »

 

Être bien organisé

Le sens de l’organisation est indispensable pour réussir son master. Sans lui, vous risquez rapidement de vous sentir dépassé. « L’étudiant va avoir des périodes très chargées notamment au moment des révisions pour ses examens ou de la remise de projets, en plus de son travail en entreprise », souligne Véronique de Poix, responsable du Pôle apprentissage de l’université Paris Dauphine. Votre organisation doit donc être très précise : vous devrez planifier votre temps en fonction des exigences des deux côtés.

Par exemple, si vous évoluez dans le domaine du contrôle de gestion, vous devez vous rappeler que les comptes sont clôturés en fin d’année, ce qui signifie que vous aurez une surcharge de travail à ce moment-là. Si la planification n’est pas votre fort, tournez-vous vers d’anciens élèves qui pourront vous expliquer comment ils ont procédé.

 

Aimer les responsabilités

L’alternant qui intègre une société au niveau master a déjà acquis certaines compétences et savoir-faire. L’entreprise lui confiera donc très volontiers la responsabilité d’un projet, d’une mission ou d’un client. « Nous avons une étudiante en alternance chez Otis qui a été chargée de vendre des ascenseurs aux petites copropriétés », indique Georges Aublé. Dans la banque, l’apprenti pourra se voir confier un portefeuille client. « Dans un master en ressources humaines, l’étudiant peut être amené à faire des recrutements ; en contrôle de gestion, il peut prendre la responsabilité du contrôle d’un centre de gestion », ajoute Véronique de Poix. « En se voyant confier des responsabilités, les étudiants se mettent un peu en danger mais ils restent encadrés par un tuteur ou un maître de stage », assure Georges Aublé.

 

Faire preuve de disponibilité

Ce n’est pas parce que l’alternant est à l’école qu’il ne peut être rattrapé par les responsabilités qui lui ont été confiées par l’entreprise. Les deux mondes ne sont pas étanches. Au contraire ! « Dans le commercial, on ne peut éteindre son téléphone portable parce qu’on est à l’école, note Georges Aublé. Si on a un dossier en cours avec un client, il faut être joignable même si ce n’est pas la semaine en entreprise. » D’autant que comme le mentionne Nathalie Merminoz, « l’entreprise considère ses étudiants en alternance comme des salariés à part entière et elle attend d’eux qu’ils contribuent à son activité ». Attendez-vous donc à travailler plus de 35 heures par semaine assez régulièrement.

 

Faire preuve de savoir-être

En intégrant le monde de l’entreprise, l’étudiant en master doit faire preuve de maturité. Cela passe par l’acquisition de certaines qualités professionnelles, prouvant que l’alternant peut s’adapter au monde de l’entreprise. « Tous les éléments du savoir-être sont importants, insiste Nathalie Merminoz. L’élève devra savoir communiquer avec sa hiérarchie, avoir une tenue vestimentaire adéquate, respecter les horaires, gérer le reporting. » Vous devrez donc intégrer rapidement les codes de votre secteur d’activité ou de la profession.

 

Disposer d’une forte capacité de travail

Le rythme d’un master en alternance est soutenu. Les vacances scolaires sont remplacées par les congés accordés par l’entreprise. Vous n’aurez pas le temps de souffler pour autant puisque ces rares périodes de relâche seront consacrées aux révisions ou à la réalisation de projets scolaires. « Il faut avoir une forte capacité de travail car c’est un rythme de marathonien ; il faut travailler régulièrement et sur le long terme », préconise Georges Aublé. « C’est un parcours très exigeant qui conjugue le travail en entreprise avec une année de master universitaire ; il faut donc avoir une motivation très forte », conclut Véronique de Poix.

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

Pas de commentaire

Publicité

Les dernières brèves

Dans la même rubrique