Organiser une réunion efficace grâce à la formation-action

Publié par © Kelformation - Marion Senant le

Ce processus éducatif, Action Learning® en anglais, permet de remplacer les réunions interminables en sessions de travail productives d’une heure et demie. Le point sur cette technique avec un pionnier de la méthode en France, Jean-Michel Cramier, directeur entreprise et carrière de Sup de Co La Rochelle*.

A quoi sert la « formation-action » ?

L’Action Learning®, ou formation-action, a un objectif double : résoudre des problématiques complexes et développer les apprentissages individuels et collectifs. Elle s’adresse à des groupes de 4 à 8 personnes. Dans les entreprises d’aujourd’hui, cela a du sens, l’époque où un chevalier blanc venait résoudre seul les problèmes d’une société est révolue. C’est en groupe que les problèmes de plus en plus complexes des entreprises sont réglés.

D’un point de vue de l’apprentissage, la méthodologie Action Learning® permet d’éviter la « dictature des grandes gueules ». Son principe fondamental, c’est que personne ne peut rien affirmer, sauf à répondre à une question posée par le groupe, du coup, tout le monde prend la parole.

 

Comment fonctionne une session d’Action Learning® ?

Une session dure 90 minutes et elle est divisée en quatre étapes. Elle réunit un petit groupe de 4 à 8 personnes ainsi qu’un coach. Le questionnement est le mode privilégié de l’Action Learning®, c’est un mode d’apprentissage de la petite enfance. Tous les enfants ont leur phase « questions » : ''Et pourquoi ceci ?'', ''Et comment cela ?'' La formation-action reprend cette méthodologie très naturelle et l’adapte au monde des adultes.

 

Quel est le rôle du coach la formation-action ?

Le coach est là pour  dynamiser le groupe, mais il n’intervient pas sur le fond du problème. Il relance le questionnement et fait respecter les délais de chaque étape.

 

Pouvez-vous nous détailler ces étapes ?

En préambule, le coach lance un tour de table où chaque participant annonce la compétence clé qu’il veut travailler. Cela peut être l’écoute, la prise d’initiative ou encore le questionnement. Ces compétences sont notées sur un paper-board qui reste visible tout au long de la session.

Ensuite, on peut ouvrir la session d’Action Learning®. La première étape dure deux minutes seulement. La parole est donnée à la personne qui vient exposer le problème du jour. Pour la deuxième étape, le coach donne la parole au groupe pendant une douzaine de minutes, afin qu’il questionne le problème posé. Cette étape a pour but de s’assurer que chaque participant partage la même vision. Au bout des douze minutes, le coach s’assure que l’ensemble des participants est sur la même longueur d’onde.

Une fois la problématique posée et acceptée par tout le monde, on peut passer à la recherche de pistes de solution. Là encore, c’est le coach qui l’initie et elle va se dérouler pendant 50 minutes, intégralement sur le mode question-réponse. Les participants doivent être particulièrement attentifs à ce qui est dit, car pour prendre la parole, ils doivent rebondir sur ce que leurs collègues viennent de dire. L’idée derrière cette méthode un peu formelle, c’est de faire appel au domaine d’expertise de chacun.

Enfin, dans la dernière partie de la session, la personne qui a posé le problème synthétise l’échange auprès de ses collègues. Puis on passe au débriefing des objectifs personnels. Chaque participant identifie les points sur lesquels il pense avoir progressé, avec l’aide du groupe.

 

Que disent les nouveaux utilisateurs de cette méthode ?

Nous avons formé une vingtaine de dirigeants du groupe Fleury Michon. Ils voulaient trouver un moyen de placer la responsabilité sociétale plus au cœur de leur pratique. Pour le coup, c’est une problématique complexe, mais à la fin de la formation, ils sont tous repartis avec un plan d’action précis. Leur président nous a assuré qu’ils avaient trouvés beaucoup plus de solutions en une journée qu’en plusieurs séries de réunions.

La méthode fonctionne également avec des étudiants. Nous l’avons testé auprès de 120 d’entre eux, d'une trentaine de nationalités différentes et sur des questions plus personnelles comme « comment trouver un stage en France quand on est un étudiant chinois ? ». Ils ont trouvé que la méthode était un très bon outil d’intégration à un groupe. Ils ont surtout apprécié le fait qu’il s’agisse d’une méthode simple et efficace.

 

*Le groupe Sup de Co La Rochelle va inclure un module Action Learning® à son MBA Management du Tourisme et des Services dès le mois de février. 

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

  • Moustapha hassan ibrahim
    bonjour, je vous participe a votre journée portes ouvertes experts toulouse business merci

    Répondre

Publicité

Les dernières brèves

Les offres de formation

Les fiches métiers

Dans la même rubrique