10 critères pour choisir son bachelor

Publié par © Kelformation - Séverine Dégallaix le

Le bachelor est un diplôme de niveau bac+3 destiné à former des professionnels directement opérationnels. Opter pour ce cursus, c’est donc choisir toute une carrière… Autant dire qu’il est primordial de ne pas se tromper.

1. LE CONTENU DE LA FORMATION

« Le programme est-il généraliste ou spécialiste ? Se concentre-t-il sur des domaines strictement managériaux ou aborde-t-il des sujets plus vastes qui permettraient d’évoluer plus rapidement dans sa carrière ? » Autant de questions à se poser, selon Christine Kratz, directrice du programme ICN Bachelor.

Comme pour toute autre formation, lorsque vous choisissez votre bachelor, vous devez faire le lien entre les enseignements et ce que vous souhaitez apprendre puis mettre en application dans votre future vie professionnelle.

 

2. LA RECONNAISSANCE DE L’ETAT ET L’INSCRIPTION AU RNCP

« Le fait que le bachelor soit visé par l’Etat et inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles est un gage de qualité, mais pas seulement. C’est aussi la preuve de sa reconnaissance à l’extérieur », estime Christophe Thouvenot, responsable pédagogique du bachelor en management international de l’EM Normandie. Par extérieur, entendez auprès des entreprises et à l’international. Optez donc plutôt pour les formations qui affichent cette reconnaissance.

 

3. L’OUVERTURE À L’INTERNATIONAL

Le bachelor est encore méconnu des employeurs. Toutefois, parmi ceux qui sont conscients de son existence, nombre lui reconnaissent un énorme avantage : son ouverture à l’international. Selon Christophe Thouvenot, « c’est l’une des principales questions que nous posent les futurs étudiants. » Certains cursus sont plus ouverts que d’autres. A l’EM Normandie par exemple, la seconde année s’effectue entièrement à l’étranger. Vérifiez si la formation que vous visez permet de passer plusieurs mois à l’étranger et si elle dispose de partenariats intéressants.

 

4. L’ACCOMPAGNEMENT APRÈS LE DIPLÔME

Le degré et la durée d’accompagnement des étudiants varient en fonction des écoles. C’est ce que remarque le responsable du bachelor de l’ISTEC, Alain Fronteau : « dans certains cas, vous serez lâchés dans la nature une fois votre diplôme en poche. Dans d’autres, vous bénéficierez de l’appui de tout un réseau non seulement pour la recherche d’un emploi, mais aussi une fois que vous serez en poste. » A vous de voir si vous êtes assez autonome pour la première option.

 

5. LES LIENS AVEC LES ENTREPRISES

L’acquisition d’une expérience professionnelle est un autre avantage du bachelor. Partenariats, conférences, offres de stages… « Les relations avec les entreprises sont l’un des critères de choix essentiels », d’après Christine Kratz. Non seulement parce qu’elles pourront faciliter vos recherches d’emploi, mais aussi parce que ces partenariats sont un gage de sérieux : plus les employeurs accordent leur confiance à un bachelor, plus il y a de chances pour qu’il s’agisse d’un bon diplôme.

 

6. LES DÉBOUCHÉS DE LA FORMATION

Les écoles mènent des enquêtes sur l’employabilité de leurs diplômés afin de répondre aux questions des futurs étudiants. « On nous demande par exemple quel est le taux d’insertion professionnelle, au bout de combien de temps les diplômés trouvent un emploi, quel type de poste ils occupent… », énumère Christine Kratz. Avant de choisir une formation, cherchez ces enquêtes et comparez les chiffres. Cela vous aidera à vous faire une idée de ce à quoi pourrait ressembler votre avenir professionnel.

Attention cependant à ne pas prendre au pied de la lettre toutes ces études. Toutes ces écoles présentent leurs chiffres de manière à donner d’elles l’image la plus attirante. C’est de bonne guerre. A vous de ne pas vous montrer trop crédule.

 

7. LA RÉMUNÉRATION À LA SORTIE

« Un bachelor, c’est un investissement, rappelle Alain Fronteau. Je conseille de se renseigner sur le prix de la formation et sur la rémunération à la sortie afin de savoir si cet investissement est rentable. » La plupart des écoles mettent ces informations à disposition des personnes intéressées, mais vous pouvez aussi prendre contact directement avec d’anciens étudiants pour les obtenir.

 

8. LES INTERVENANTS

Pour Alain Fronteau, c’est l’une des grandes questions à se poser : « les intervenants sont-ils des professionnels en activité ? » Pour en être sûr, vous pouvez rechercher la biographie des professeurs sur Internet ou profiter des portes ouvertes pour rencontrer l’équipe pédagogique et lui poser vos questions.

 

9. LA RÉPUTATION DE L’ÉCOLE

Un premier élément pour déterminer la réputation d’un bachelor, ce sont les classements. Pour avoir une idée de leur qualité, Christophe Thouvenot conseille également de « se fier à la réputation de l’école ».  Et de vérifier quel type de matériel et les ressources que l’établissement met à la disposition des étudiants (service d’orientation, bureau de stages, annuaire des anciens…).

 

10. LES POSSIBILITÉS DE POURSUITE D’ÉTUDES

Si la plupart des personnes qui entrent en bachelor choisissent ce diplôme pour se retrouver rapidement sur le marché du travail, il n’est pas rare que certaines souhaitent s’orienter vers un master. Par exemple, à l’ICN, Christine Kratz explique que « le programme permet d’opter pour une admission parallèle soit dans notre établissement, soit dans une autre école ou université. » Renseignez-vous sur cet aspect même si vous n’avez pas l’intention de poursuivre vos études : on ne sait jamais !

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

Pas de commentaire

Publicité

Les dernières brèves

Dans la même rubrique