Plongeur professionnel

  • Description
  • Salaire
  • Évolution de carrière
  • Pré-requis
  • Où se renseigner

« Plongeur professionnel » désigne principalement deux métiers bien différents dont le seul point commun est l’élément dans lequel ils travaillent et… baignent : l’eau. Le premier est un moniteur de plongée encadrant des plongeurs amateurs explorant ou photographiant des fonds marins. Le second est un plongeur industriel travaillant sous l’eau à des tâches qui se font généralement à l’air libre : soudage, découpe de métaux, etc. Un plongeur peut aussi désigner un professionnel du sauvetage ou du combat.

Le plongeur industriel ou scaphandrier peut travailler pour des entreprises de génie civil lors d’aménagements de barrages ou de ports, pour l’industrie du pétrole sur des plates- formes de forage en mer, ou même pour le BTP. Ses conditions de travail n’ont rien à voir avec les fonds sous-marins idylliques d’un lagon polynésien. Eau boueuse, froide ou grosse mer sont le plus souvent son lot. Il soude, découpe des taules, raccorde des tuyauteries, des câbles, exécute des travaux de maçonnerie, inspecte des barrages ou des épaves. Le tout à des profondeurs qui peuvent atteindre 150 à 200 mètres. Pour ce type de tâches la pratique de la plongée et de ses règles est indispensable, mais est loin de suffire. S’il est militaire le déminage et la détection font partie de ses missions. L’archéologie sous-marine emploie également des plongeurs. Mais ce sont d’abord des archéologues.
Compétences, qualités physiques et nerveuses au « top » sont indispensables. On n’exerce pas ce métier jusqu’à 60/65 ans. Passé 40 ans il faut songer à la reconversion.
Tous droits réservés CIDJ
Le plongeur professionnel ou scaphandrier exerce un métier à risques. En règle générale son salaire direct ou les primes qu’il perçoit sont assez élevées. Ne pas oublier que sa carrière est brève.
La carrière opérationnelle d’un plongeur scaphandrier est de courte durée. S’il travaille pour un secteur industriel il peut se reconvertir dans une tâche « de surface » et de conseiller en dirigeant une équipe de plongeurs. Dans le domaine du loisir sportif la vente et l’entretien des matériels de plongée sur des bases nautiques est aussi une possibilité. De même que la rédaction d’articles dans la presse spécialisée ou des fonctions de conseiller sur des tournages aquatiques ou sous-marins.
Le brevet fédéral de plongée 2e degré ou le brevet d’Etat d’éducateur sportif premier et 2e degrés de plongée subaquatique permettent d’enseigner la plongée en tant que moniteur ou professeur (BEES plongée subaquatique). Pour préparer les BEES contacter les Directions régionales de la Jeunesse et des Sports ou les Directions départementales.
Dans le domaine industriel la possession du diplôme de scaphandrier professionnel est obligatoire. On accède à sa préparation sur tests. Conditions : avoir 18 ans et être titulaire au moins d’un CAP ou mieux, d’un bac. La formation de scaphandrier professionnel est dispensée par l’Institut national de plongée professionnelle (INPP) à Marseille.

INPP
Port de la Pointe rouge
Tél : 04 96 14 09 40
www.inpp.org

Publicité