Alternance : les réponses pour sortir du lot en entretien

Publié par © Kelformation - Jeanne Ably le

Un recrutement en alternance s’apparente de plus en plus à une procédure d’embauche classique. Il faut donc en passer par le traditionnel entretien. Voici les questions types auxquelles il faut vous préparer et le style de réponses qu’attendent les recruteurs.

Question 1 : Pourriez-vous vous présenter ?

La mauvaise réponse

Se présenter en trois mots, sans révéler plus de détails.

 Je m’appelle Antoine, j’ai 19 ans et je postule à ce poste en alternance dans le cadre de mon BTS.

Oui, mais encore ? Le recruteur doit savoir à qui il a affaire, au-delà d’un patronyme et d’une date de naissance.

La bonne réponse

Il s’agit d’une question très libre, où le candidat possède une large marge de manœuvre pour créer un contact personnalisé avec le recruteur. Pour Michael Moyal, fondateur du cabinet de conseil en recrutement Moyal&Partners, spécialisé dans les talents en début de carrière: «  Il faut au moins cinq minutes pour que le recruteur puisse juger de la capacité du candidat à argumenter sa réponse ». Donc n’hésitez pas à occuper cet espace de parole au maximum.

Selon Cécile Hazan, Co-Directrice d’EcoleSup’ Paris et responsable des relations entreprises, il ne s’agit, pas de réciter son CV, mais de développer son parcours en expliquant ses choix d’orientation et ses expériences professionnelles de manière pertinente et subtile.

Peu importe que le candidat ait perdu une ou deux années à cause d’un mauvais choix d’orientation de départ, du moment qu’il est en mesure de le justifier.

Je me suis d’abord dirigé vers une licence de droit mais j’ai vite réalisé que cette formation ne me convenait pas. J’ai interrompu mes études et en ai profité pour travailler chez Mc Donald’s pendant 6 mois. Cela a été l’occasion de me confronter au monde du travail, et plus particulièrement d’appréhender la relation avec le client, ce qui m’a donné envie de poursuivre mon chemin vers des études commerciales.

 

Question 2 : Pourquoi avoir choisi l’alternance ?

La mauvaise réponse

Parler uniquement de l’aspect financier de l’alternance sans évoquer son projet professionnel ni l’intérêt qu’on éprouve pour cette formation en particulier.

Cette solution me permet de faire financer mes études par mon entreprise, tout en m’insérant dans le monde du travail.

La bonne réponse

Selon Lorraine de Chastellux responsable de l’alternance et de la formation continue à L’ISCOM, le candidat doit insister sur l’aspect professionnalisant de l’alternance et montrer en quoi cette solution lui permettra de mener à bien son projet professionnel.

Si l’élève postule dans une agence de e-marketing, il pourra mettre en avant le mémoire sur les réseaux sociaux qu’il a réalisé pendant sa formation.

Vous n’avez pas encore de projet professionnel précis ? Pas de panique ! Il suffit de l’expliquer avec honnêteté, que « cette expérience constitue le meilleur moyen de voir si c'est le chemin que l’on souhaite suivre ou non », dixit Julia Urtado, responsable RH chez Novactive.

 

Question 3 : Que pouvez-vous apporte à notre entreprise en tant qu’apprenti ?

La mauvaise réponse

Vous limiter à évoquer votre motivation et votre enthousiasme du seul fait de votre jeune âge en ajoutant que votre fraîcheur vous permettra assurément de remarquer certains problèmes plus rapidement qu’un salarié en poste depuis longtemps.

La bonne réponse

Selon Anne-Brigitte Karel, directrice d’ABK Conseil RH, il faut mettre en avant les atouts financiers du contrat en alternance, mais aussi l’avantage d’engager un apprenti qui va s’investir à long terme à la différence d’un stagiaire, qui reste rarement plus de 6 mois dans l’entreprise.

 

Question 4 : Quelles sont vos qualités et vos défauts ?  

La mauvaise réponse

Dire, par exemple, que vous êtes dynamique, motivé et sérieux car tous les candidats, et plus encore les jeunes postulants, le sont par définition. Attention également à ne pas prendre certaines qualités pour des défauts, telle que la rigueur ou le fait d’être perfectionniste qui peuvent s’avérer être très bénéfiques pour l’entreprise

La bonne réponse

Soyez cohérent : personne n’est parfait, c’est de notoriété publique. Il ne s’agit donc pas de s’envoyer des fleurs mais au contraire de montrer que chaque aspect positif de sa personnalité peut avoir aussi son pendant négatif, et vice versa. « Une personne réactive est généralement impatiente, ces deux traits de caractères sont souvent indissociables », illustre Michael Moyal. L’idée, c’est de tourner les choses à son avantage dans sa réponse :

Je me laisse parfois envahir par le stress, notamment lorsque la charge de travail devient trop importante, mais cela me pousse à me surpasser et à puiser dans des ressources que je ne soupçonnais pas. 

Pour donner plus de force à votre réponse, illustrez là. Vous aimez le contact avec les gens ? « Très bien, mais racontez alors ce que vous avez fait la dernière fois qu’un client a été agressif et de quelle façon vous l’avez géré », conseille Franck Raynel, responsable recrutement au siège du Crédit du Nord.

 

Question 5 : Avez-vous des questions ? 

La mauvaise réponse

Répondre par la négative ou se limiter à poser des questions liées aux avantages sociaux de l’entreprise tels que les horaires de travail, les vacances ou les tickets restaurant.

La bonne réponse

Vous devez montrer que vous vous intéressez réellement à la société et aux taches qui vous seront attribuées sans donner l’impression que vous êtes là dans le seul but de décrocher un poste.

Voici quelques exemples de questions à poser :

  • Comment est constituée l’équipe ?
  • Avez-vous des activités à l’international ?
  • Quel type de clients avez-vous ?
  • Comment est organisée une journée type ?

Pour Michael Moyal, il est toujours bien vu de rebondir sur un point qui a été évoqué lors de l’entretien, voire de demander quelles pourraient être vos perspectives d’évolution dans l’entreprise. Signe que vous êtes ambitieux. 

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

  • Marie-Reine
    J'espère que ces conseils m'aideront pour mon prochain entretien.

    Répondre

  • nat
    EN esperant qua ça puisse t aider

    Répondre

  • BOZO
    N'importe quoi...

    bosser 6 mois chez mac donald pour connaitre le monde du travail !
    NON, PARTEZ EN CHINE pour le connaitre, apprenez une langue, une competence...

    conseils ringards, sur un sujet qui, comme les stages ou internships, pour faire plus branche, se reduisent a une nouvelle forme d'esclavage, des cerveaux frais, et pas chers...

    UNE HONTE, sachant que l'on embauche pas les internes et stagiaires, ON LES REMPLACE.

    Répondre

Publicité

Les dernières brèves

Dans la même rubrique