Comment transformer son alternance en CDI ?

Publié par © Kelformation - Anna Massé le

Près de 40 % des contrats d’alternance débouchent sur une proposition d’emploi régulier, d’après l’APEC. Voici les conseils pour mettre toutes les chances de son côté pour être embauché en CDI à la fin de sa formation.

L’alternance est souvent considérée comme la voie royale pour intégrer le marché de l’emploi. Et pour cause : 80 % des diplômés signent un contrat dès leur sortie de l’école, dont une majorité dans l’entreprise qui les a accueillis en alternance. Logique : les anciens apprentis connaissent déjà bien l’entreprise et ont souvent été formés en fonction de ses besoins. C’est ce que confirme Abdel Aïssou, directeur général du groupe Randstad France. « Quand nous accueillons un alternant, c'est dans le but de l'embaucher par la suite. Si vous investissez deux à trois ans dans la formation d'une personne et si le besoin se confirme au niveau du poste, vous comptez la garder ».

 

Anticiper sa demande

Tous les contrats d’alternance ne débouchent pas sur un CDI. Pour anticiper, il est possible de se renseigner, en amont, sur les opportunités qu’offre une entreprise à ses alternants à la fin de leur contrat. Attention tout de même à ne pas vous précipiter ! Inutile de discuter de vos chances d’obtenir un CDI dès l’entretien d’embauche pour un contrat d’apprentissage. C’est votre parcours au sein de l’entreprise qui vous ouvrira les portes d’un emploi durable.

« Il n'est pas interdit de poser la question de manière générale, nuance Marion de Contenson, chargée de recrutement pour l’AFIP Formations. Certaines entreprises font se succéder les alternants sur un poste alors que d'autres offrent la possibilité de concrétiser l'expérience avec un CDI. Rien n'est systématique. » Renseignez-vous sur les habitudes des entreprises dans lesquelles vous postulez, mais n’oubliez pas non plus qu’en deux ans, les besoins d’une société peuvent changer.

 

Avoir les managers à ses côtés

Pour transformer son apprentissage en CDI, le mieux reste d’aborder la question de manière concrète lors des derniers mois de son contrat. « C'est toujours plus simple si la demande vient en premier de l'employeur », observe Marion de Contenson, qui conseille cependant de ne pas trop attendre. « Taire son envie de rester dans une entreprise peut être interprété comme un manque d’intérêt ».

Les responsables RH peuvent vous renseigner sur les besoins de l’entreprise, mais c’est avant tout le N+1 qui sera l’interlocuteur privilégié d’un apprenti. « Le manager est celui qui a formé l'étudiant. C'est donc lui qui ira défendre la candidature de l’alternant auprès de la direction », confirme Marion de Contenson. Martin Calame a suivi une formation de BTS en communication visuelle. En contrat d’alternance avec l’entreprise Adecco, il a pu obtenir un poste permanent grâce à l’appui de son chef d’équipe. « Mon manager savait que je souhaitais rester. Nous avons planifié une stratégie de recrutement lors de mon entretien annuel », confie-t-il.

 

Se rendre indispensable

Ce n’est pas une surprise : obtenir un CDI dépend du bon déroulement du contrat en alternance. « Si l’entreprise est satisfaite, elle souhaitera garder son alternant », assure Abdel Aïssou. Marion de Contenson conseille de dépasser le cadre de ses tâches habituelles lorsqu’il s’agit de formuler un projet d’intégration à long terme. « Les missions en CDI seront différentes de celles d'un contrat d'alternance. Il est important que l'étudiant montre qu'il a réfléchi à son projet professionnel et qu'il souhaite prendre davantage de responsabilités. »

Il faut parfois forcer un peu le destin : le poste qu’occupait Martin Calame était destiné à des alternants, sans possibilité d’évoluer vers un contrat en CDI. Pour intégrer durablement l’entreprise, il a su mettre ses atouts en avant. « Dans les trois derniers mois de mon contrat, je me suis battu pour rester. Mon manager et moi avons fait valoir que m'embaucher à plein temps évitait de sous-traiter le travail à des agences de communication. Nous avons même fait faire un devis par une agence pour présenter un comparatif. » Son ancien poste n’étant pas destiné à accueillir un CDI, l’entreprise a dû en créer un nouveau. Oser et mettre en avant ses compétences, voilà le secret quand la situation semble compliquée.

 

Et si vous n’obtenez pas un CDI ?

Gardez à l’esprit qu’un contrat d’alternance qui ne se mue pas en CDI n’est pas synonyme d’échec. Pour Marion de Contenson, de nombreux facteurs sont à prendre en compte. « Cela ne veut pas dire que la personne manque de compétences. Cela peut-être dû aux besoins de l'entreprise ou à des questions de budget. Avoir fait un cursus en alternance reste, quoi qu’il arrive, un vrai plus », conclut-elle.

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

Pas de commentaire

Publicité

Les dernières brèves

Dans la même rubrique