Entretien d’embauche en alternance : les questions piège des recruteurs

Publié par Benjamin Dusaussoy © Kelformation le

La difficulté principale d’une formation en alternance, c’est de trouver une entreprise. Pour sélectionner les meilleurs candidats, certains recruteurs n'hésiteront pas à user de questions parfois déstabilisantes. Voici quelques conseils pour vous y préparer !

Avez-vous choisi l'alternance par défaut ?

Le but de la question n'est pas de vous piéger mais plutôt de vous surprendre. En réalité, il s'agit de faire ressortir vos réelles motivations à poursuivre vos études par la voie de l'alternance. Vous pouvez par exemple confronter formation initiale et alternance et exprimer votre souhait de vous frotter à un challenge davantage multi-casquettes qui vous permettra de découvrir la vie en entreprise. Quoi qu'il en soit, ne reposez pas uniquement votre choix sur des raisons financières et argumentez à partir d'exemples concrets. 

Pourquoi avoir sélectionné notre entreprise plutôt qu'une autre ?

Si les recruteurs ont bien conscience que vous solliciterez plusieurs entreprises lors de vos recherches, ils essaieront avant tout de savoir si vous vous êtes renseigné avant l'entretien : quelle est l'image que véhicule l'entreprise, quels sont ses grands projets stratégiques à venir, les marchés qu'elle essaie de gagner… « Pour montrer que vous êtes actif dans votre recherche d'emploi, note Guillaume Ducellier, responsable du service Relations Formations Entreprises de l'UTT de Troyes, glissez quelques qualités sur l'entreprise par rapport à la concurrence. Cela démontrera que vous vous intéressez plus largement au secteur. » 

Etes-vous bien conscient du rythme qu'impose l'alternance ?

C'est l'un des points clés de la réussite de ce type de formation. Attendez-vous par conséquent à devoir répondre à cette question. « L'alternance, c'est un investissement dans des projets à court terme en entreprise qui implique de mener une gestion de son apprentissage à long terme en centre de formation. L'entreprise veut vérifier que l'étudiant a bien conscience des difficultés à venir et qu'il est prêt à s'investir pleinement dans les missions qui lui seront confiées », soutient Guillaume Ducellier. En somme, elle cherche à savoir si vous avez la maturité suffisante pour assurer le lien entre aspects théoriques et réalités pratiques. 

Quelle connaissance avez-vous du métier ?

Comme l'explique Christian Vergne, directeur du CFA de la Chambre de métiers et de l’artisanat de Vendée, « que ce soit l'intérêt pour le matériau, pour la créativité autour du métier, la relation client… L'objectif est de développer un ou deux points positifs qui vont valoriser la fonction ciblée. Il importe aussi de mettre en avant quelques inconvénients pour montrer que vous avez conscience des réalités sur le terrain. » Pour un poste de commercial en magasin ou de boulanger, vous pouvez par exemple évoquer les difficultés liées aux horaires et préciser que cela ne vous effraie pas. 

Que pensez-vous pouvoir nous apporter ?

Puisque vous êtes toujours en formation, tâchez de ne pas répondre par des compétences. Les entreprises ne recrutent pas votre expérience mais plutôt votre dynamisme, votre envie de la rejoindre et votre sérieux. « Elles sont très regardantes sur les activités antérieures : stages, périodes en entreprise à travers des jobs d'été, autres diplômes… Rassurez-les sur votre capacité à intégrer un cadre professionnel », témoigne Christian Vergne. 

Seriez-vous prêt à continuer dans notre entreprise ?

Autrement dit, avez-vous un plan de carrière ? S'il ne faut jamais répondre par la négative, « il est préférable de faire preuve d'une certaine réserve naturelle », suggère Guillaume Ducellier. Précisez ne pas avoir encore suffisamment de connaissance de l'entreprise et des futures possibilités de missions. Ou encore, propose-t-il, « d'assurez que l'alternance vous permettra de faciliter le développement de votre expérience professionnelle et que vous envisagez de continuer dans l'entreprise tout en ayant conscience qu'il existe d'autres facteurs qui vous feront répondre à cette question dans les mois à venir. » Un gage de maturité qui ne laissera certainement pas insensible la personne en face de vous ! 

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

  • Kelformation
    @Moctar: bonjour. Oui, le sourire est un indispensable de l'entretien d'embauche. Il faut montrer au recruteur que vous êtes une personne avenante, avec laquelle il va avoir envie de travailler. Et cela passe pas le sourire. Bien sûr, inutile de sourire bêtement d'un bout à l'autre de l'entretien, mais il faut que vous présentiez un visage positif, enthousiaste et dynamique à la personne qui vous reçoit. Si vous faites, la tête, ça va être beaucoup plus difficile de le convaincre que vous êtes le candidat idéal!

    Répondre

  • Moctar
    C'est impec cette partie sur l'entretien d'embauche!
    Mais la question que je me pose souvent est un peu plus rattaché au caractère que l'on doit afficher. Doit-on être constamment souriant avec le recruteur qui est en face de nous???
    Merci!

    Répondre

Publicité

Les dernières brèves

Dans la même rubrique