Etudes de kiné : « La seule difficulté est de tenir face à la pression »

Publié par © Kelformation - Aurélie Tachot le

En dernière année de l’Institut de formation en masso-kinésithérapie de l’école d’Assas, Alexandra Vidal dresse un premier bilan positif de ces trois années de formation. Elle revient sur les points forts de l’enseignement qu’elle a reçu.

Pourquoi avez-vous choisi cette voie ?

Comme j’ai pratiqué le patinage artistique à haut niveau, j’ai eu l’occasion de rencontrer beaucoup de kinésithérapeutes et de voir la manière dont ils travaillent. Puisque ce métier m’a tout de suite passionnée, j’ai décidé d’intégrer une classe préparatoire puis de préparer le concours de l’Institut de formation en masso-kinésithérapie de l’école d’Assas. 

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre formation?

J’apprécie de pouvoir recevoir des enseignements théoriques en pathologie, rééducation, physiologie, anatomie… L’avantage de ma formation, c’est que je peux mettre en pratique ces enseignements au cours de stages. En trois ans, nous devons en valider sept. Pour ma part, j’ai eu la chance de pouvoir les réaliser dans des structures variées : dans des hôpitaux ou auprès de professionnels installés en libéral. Je travaille, depuis ma deuxième année, en tant qu’apprentie à l’Hôpital Cochin, à Paris. J’ai signé avec cet établissement un contrat de formation en apprentissage, qui me permet d’être en contact avec des patients et d’être rémunérée durant ma formation. 

A l’inverse, qu’aimez-vous le moins ?

La formation est, à mes yeux, fidèle à mes attentes et ne comporte pas de points négatifs. La seule difficulté est de tenir face à la pression et au rythme d’apprentissage, relativement soutenu. Comme je suis sportive et que j’ai l’esprit de compétition, je réussis à affronter ce stress. 

Quels sont vos projets une fois diplômée ?

Le diplôme d’Etat n’est qu’un début pour exercer le métier de kinésithérapeute : je vais donc continuer à me former. J’ignore encore si je vais consolider ma formation par des modules spécialisés en ostéopathie, thérapie manuelle, kinésithérapie du sport… Quoi qu’il en soit, je dois deux années à l’Hôpital Cochin puisque l’établissement a pris en charge les frais de ma formation.

 Découvrir toutes les formations en kinésithérapie

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

Pas de commentaire

Publicité

Les dernières brèves

Dans la même rubrique