Les secrets de la lettre de motivation pour les apprentis

Publié par © Kelformation - Nicolas Chalon le

Chercher une entreprise d’accueil ressemble fort à une recherche d’emploi classique… à quelques détails près. Implication, parcours et… manque d’expérience professionnelle. Voici nos conseils pour rédiger la lettre de motivation qui vous fera sortir du lot.

Les points essentiels d’une lettre de motivation

La lettre de motivation accompagne un CV, elle n’est pas là pour le remplacer, ni pour répéter les informations qu’il donne déjà. Son rôle est « d’éclairer les éléments du CV et les mettre en relief », insiste Laurence Roux, chargée de communication au sein du CFA/CIEFA de l’IGS Lyon.

Comme le CV, la lettre de motivation doit être lisible et tenir sur une page. « Le temps de lecture d’une lettre est de l’ordre de quelques secondes, précise Laurent Lamarche, responsable relations entreprises de C3 Groupe. Elle ne peut donc pas comporter plus d’une quinzaine de lignes. »

Dans la forme, la lettre comporte au mieux trois parties :

- une sur l’entreprise,

- une sur son parcours

- la dernière sur ce que l’on peut apporter à l’entreprise et inversement.

Chacune de ces parties doit être personnalisée et adaptée à son interlocuteur. « À travers cette lettre, l’étudiant porte un regard sur l’entreprise, sur son style. La lettre est comme une opération de séduction : on ne parle pas que de soi », rappelle Laurent Lamarche. Enfin, la missive doit véhiculer l’image de marque du candidat : elle doit être soignée et rigoureuse, dans sa forme comme dans son écriture. « Je ne parlerai même pas des fautes d’orthographes, précise Laurence Roux, elles sont simplement impossibles ! » Pensez, par conséquent, à bien faire relire votre courrier avant de l’envoyer…

 

Les spécificités liées à l’apprentissage

Insister sur l’échange apprenti-entreprise

« Pour rechercher une entreprise d’accueil plutôt qu’un emploi classique, la différence se situe dans la troisième partie, celle du "nous" », selon Daniel Lemoine, responsable relations entreprises de ESGI. Car dans l’alternance, l’entreprise comme le candidat apportent des atouts différents qu’un contrat classique. « La dimension d’échange est au cœur du sujet. L’étudiant apporte un œil neuf sur l’entreprise, un œil qui évolue au fur et à mesure de son contrat. Il faut mettre cet aspect en valeur. »

Valoriser toutes ses expériences

Par ailleurs, il faut également valoriser ses expériences, aussi infimes soient-elles. « Tous les étudiants ne sont pas égaux en termes d’expériences », admet Daniel Lemoine. Si certains ont déjà présidé une association, écrit dans un magazine lycéen ou travaillé l’été en entreprise, aucun n’a de quoi remplir des pages et des pages. « Ce qui compte avant tout, c’est de comprendre les avantages qu’on peut tirer de chaque expérience », résume Laurence Roux.

Vous faites du baby-sitting ? Vous connaissez l’enjeu d’être ponctuel et responsable. Vous jouez dans une équipe de basket ? Vous mesurez l’importance de la synergie de groupe. Autant de choses qui paraissent banales mais qui vous donneront du crédit à votre profil. Et vous éviteront, du même coup, de multiplier les longues listes d’adjectifs. « Motivé, dynamique, rigoureux… Cela tout le monde peut l’écrire ! souligne Laurence Roux. Chaque adjectif doit se rapporter à une expérience. »

Etre précis

Pour convaincre un recruteur de vous embaucher dans le cadre d’un contrat d’apprentissage ou de professionnalisation, la précision est également de rigueur. On ne joue pas « de la musique », on joue d’un instrument ou d’un certain style musical… On n’aime pas « les voyages » mais le voyage qu’on a fait dans tel pays ou tel continent… « Toutes ces précisions dénotent une implication dans ses activités, un sérieux », résume Laurence Roux.

 

Montrer sa motivation sans tomber dans la banalité

Les étudiants en apprentissage sont nombreux à se décrire brillants, rigoureux et dynamiques au sein de leur lettre de motivation. Plutôt que d’énumérer ces qualités, prouvez-le ! D’autant qu’il y a plusieurs moyens de le faire.

- « Personnalisez au maximum votre discours », explique Laurent Lamarche. Montrez que vous savez à qui vous adressez la lettre, que vous vous êtes renseigné sur l’entreprise, ses activités, ses projets de déploiement, ses actualités…

- Insistez sur votre volonté d’apprendre en expliquant votre parcours et votre projet le plus précisément possible…

- « Suggérez un rendez-vous ! », conseille Laurence Roux. Quoi de mieux pour prouver sa motivation que de montrer qu’on est impatient de passer à l’étape supérieure ?

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

Pas de commentaire

Publicité

Les dernières brèves

Dans la même rubrique