Quels débouchés après un CAP ?

Publié par Agnès Wojciechowicz © Kelformation le

Vous venez de décrocher votre CAP, bravo ! Mais vous hésitez sur la suite à donner à votre parcours : poursuivre des études ou intégrer le marché de l’emploi ? Voici les options qui s’offrent à vous.

L’insertion professionnelle

Deux tiers des titulaires d’un CAP décident de rejoindre le marché du travail. Leur intégration professionnelle peut être très rapide. « Certaines filières offrent énormément de débouchés. Ainsi, 90 % de nos CAP stratifieur en matériaux composites, une matière qui trouve de nombreux développements parce qu’elle est très légère et très résistante, trouvent un emploi dans les six mois à la sortie de leur CAP », observe Cyril Barranco, directeur de l’Alfpa de Caen. L’hôtellerie et la restauration ou les services à la personne sont également très porteurs, en raison d’une forte pénurie de profils dans ces secteurs.

Le bac professionnel

Un tiers des titulaires de CAP souhaitent, eux, poursuivre leurs études. Seuls 17 % sont admis en première professionnelle préparant au bac pro. « C’est un diplôme plus théorique et plus général. C’est aussi le passeport indispensable pour rejoindre l’enseignement supérieur », indique Ferroudja Kari, conseillère CIDJ en Ile-de-France. D’une durée de deux ans, il offre également la possibilité aux candidats indécis de peaufiner leur projet professionnel. « Il permet de gagner en maturité, de faire des stages en entreprise et de préciser un parcours », ajoute-t-elle.

Découvrir toutes les offres de formation au niveau bac pro

La mention complémentaire (MC)

Cette spécialisation d’un an est disponible dans une cinquantaine de domaines d’activité : esthétique, restauration, aide à la personne, maintenance, sécurité… « Après un CAP cuisine, l’élève peut choisir de se spécialiser dans la cuisine allégée ou la cuisine traiteur grâce à une mention complémentaire, illustre Ferroudja Kari. C’est un diplôme national d’initiative locale, dont les spécialités répondent à des besoins locaux. » Par exemple, en raison de l’implantation de sous-traitants de l’industrie aéronautique en Pays-de-la-Loire, la MC chaudronnerie aéronautique est proposée dans la région.

Découvrir toutes les offres de formation en mention complémentaire

Le certificat de qualification professionnelle (CQP)

Organisé par les branches professionnelles, il bénéficie d’une reconnaissance du ministère du Travail. « Les entreprises d’un secteur donné ont besoin d’un profil particulier et se regroupent pour organiser une formation », explique la conseillère CIDJ. Majoritairement en alternance, il dure 8 à 9 mois en moyenne. Un temps de formation réduit qui permet aux élèves d’être opérationnels rapidement. Les CQP forment à des métiers variés : hydro technicien, affûteur dans l’industrie mécanique, agent de sécurité, croupier, chef de cuisine en restauration collective…

Découvrir toutes les offres de formations pour un CQP

Le brevet professionnel (BP)

Le brevet professionnel permet d’approfondir un métier. « Il est équivalent à un bac pro dans le secteur choisi et ne peut se faire qu’en alternance », précise Ferroudja Kari. Première contrainte : la spécialisation du BP doit correspondre à celle du CAP. Vous devez avoir un CAP coiffure pour vous inscrire en BP coiffure. Seconde contrainte : « le jeune doit trouver une entreprise qui veuille l’accompagner pendant les deux années de formation : c’est une condition sine qua non », complète-t-elle.

Découvrir toutes les offres de formation pour un BP

 

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

Pas de commentaire

Publicité

Les dernières brèves

Dans la même rubrique