5 critères pour choisir sa formation de secrétaire médicale

Publié par Xavier Thierry © Kelformation le

Secrétaire médicale… ça vous tente ? Et bien maintenant, armez-vous de patience parce qu’il va falloir trouver une formation. Et dans le secteur, elles ne manquent pas ! Voici donc les conseils de Kelformation pour vous aider à choisir le programme qui vous conviendra le mieux.

Y-a-t-il un prérequis pour faire des études de secrétaire médicale ?

Vous craignez de ne pas avoir les diplômes requis pour accéder à une formation de secrétaire médicale ? Pas de panique ! Officiellement, vous n’avez besoin d’aucun diplôme d’Etat pour intégrer une formation. « Pour être compétente, un niveau bac est nécessaire », estime Solange Perret, présidente de l’Association des secrétaires médico-sociales et des référentes ; certaines écoles exigent, elles, un CAP.

Attention, ça n’est pas parce qu’ne veut pas dire que ce travail n’exige pas certaines compétences académiques ! La secrétaire médicale joue un rôle pivot entre les patients et les médecins. C’est elle qui se charge des rapports et des comptes rendus médicaux. Elle doit donc savoir rédiger sans faire de faute d’orthographe et organiser une comptabilité.  Parfois, elle se charge aussi d’encaisser les paiements ou de gérer des stocks de fournitures.

Découvrir toutes les offres de formation de secrétaire médicale

Quelles qualités sont nécessaires pour devenir secrétaire médicale ?

Au téléphone, lors de l’arrivée des patients, lors de leur départ… Cela n’arrête pas : la secrétaire médicale est en contact permanent avec les patients. Empathie et écoute sont donc indispensables. « Dans l’univers médical, les patients sont généralement stressés. La secrétaire médicale est la première personne qu’il rencontre. Si elle est désagréable, cela ne va pas arranger les choses », estime Jean-François Bertin, de l’école Pigier.

Amabilité et chaleur humaines sont des qualités indispensables, certes, mais attention à ne pas jouer les bonnes copines ! La secrétaire médicale est parfois confrontée à des situations délicates, notamment en cas de maladies graves des patients. « Elles doivent être discrètes pour respecter le secret médical», indique Solange Perret. Par ailleurs, elles doivent aussi avoir de bonnes capacités d’organisation.

Que vérifier avant de choisir sa formation ?

Les professionnels conseillent de vérifier que la formation impose des tests de niveau à l’entrée : « Cela permet de vérifier que les candidates ont un niveau bac. Sinon, elles peuvent être refusées », précise Solange Perret. D’autres écoles organisent des entretiens avant l’entrée en formation. Ces échanges peuvent être utiles pour s’assurer que la candidate ne fait pas fausse route. Il faut aussi bien comparer les programmes de formation et s’assurer qu’une période de stage est prévue.

Autre critère important: la délivrance d’une reconnaissance officielle certifiée à l’issue des cours. « Si elle n’existe pas, la formation n’a aucune valeur », estime Jean-François Bertin. Attention : « Certaines formations ont mauvaise réputation dans le métier. Elles sont chères et se révèlent inutiles car les candidates qui en sont issues sont écartées d’emblée », prévient Solange Perret.

Qu’apprend-on dans les formations de secrétaire médicale ?

Le maniement des outils bureautiques (Word, Excel), la rédaction d’un texte sans faute d’orthographe, des éléments de comptabilité, la législation du secret médical, le vocabulaire médical, le fonctionnement de l’institution hospitalière… Et la liste pourrait continuer. Voilà ce qu’on apprend dans les formations de secrétaire médicale. Elles durent entre six et huit mois. Cela correspond à la durée maximale du congé individuel formation : ce dispositif est très souvent utilisé pour les financer.

Généralement, une formation de secrétaire médicale se termine par un stage d’environ dix semaines. D’autres formations se déroulent en alternance. Et pour trouver un contrat : pas de panique. « On peut fournir des contacts pour aider les élèves à trouver un lieu de travail », assure Philippe Pesta, de la Croix Rouge.

Faut-il éviter les formations à distance ?

Se former depuis chez soi, ça peut sembler plus facile. Notamment pour les mères de famille en reconversion : la formation à distance permet d’aménager son agenda pour concilier les cours et la vie familiale. E-learning rime-t-il avec bon plan ? Ce n’est pas l’avis de Solange Perret : « En présentiel, les étudiantes peuvent poser des questions directement aux formateurs lorsqu’elles ne comprennent pas quelque chose. » Certaines formations proposent également des mises en situation pour avoir les bons réflexes. Cette méthode d’apprentissage est difficile à reproduire à distance. Florence Gillet-Coignard, de Cegos, préconise une formule mixte, entre e-learning et présentiel : « Il est possible d’utiliser l’autoformation pour les cours théoriques. Mais pour le reste, les élèves aiment se retrouver ensemble et vivre leur formation en groupe. » 

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

  • Hamama
    je souhaiterais avoir plus d'information sur la reDation de rapports medicaux dans le doMaine de médecine nucléaire

    Répondre

Publicité

Les dernières brèves

Dans la même rubrique