Big Data : est-ce le bon moment pour se former ?

Publié par Magali Morel © Kelformation le

Plus de 4 millions d'emplois IT créés dans le monde d’ici 2015 d’après le cabinet d’études Gartner, 80 000 postes supplémentaires à horizon 2020 en France… Ces derniers temps, les chiffres concernant le Big Data s’affolent ! La réalité du marché est-elle aussi optimiste ? L’offre de formation est-elle adaptée et pertinente ?

Développeur Hadoop, data scientist, architecte big data… Pour faire face au traitement et à l’analyse d’un volume de données numériques en pleine explosion, les entreprises cherchent de nouveaux profils. Le gouvernement a lancé un « Plan Big Data » qui vise à positionner la France comme un leader mondial du secteur et prévoit la création de 80 000 emplois d’ici 2020. Le plan comprend notamment la mise en place de formations, initiales et continues, de data scientists. 

Besoins réels ou effet de mode ?

« Tous les jours, des entreprises m’appellent pour recruter nos étudiants. Il y a un réel besoin de formation mais assez peu de ressources pour former leurs salariés », constate Stéphan Clémençon, responsable du Mastère Spécialisé Big Data de Télécom ParisTech. Côté professionnels, on est cependant plus réservé. « Nous croulons sous les demandes de stage de data scientists mais nos clients n’ont pas autant de besoins », souligne Andrea Zerial, associé fondateur du cabinet de conseils Mind7 Consulting.

Le Syntec Numérique ne prévoit d’ailleurs la création que de 2 000 postes de data scientists, les personnes qui analysent les immenses bases de données récoltées sur internet, d’ici à 2018. « En fait, beaucoup d’entreprises et d’administrations publiques sentent qu’il se passe quelque chose et ne veulent pas passer à côté mais pour l’instant, elles ne comprennent pas encore vraiment l’ampleur du problème », analyse Guy Chesnot, expert de l’institut de formation Orsys. 

Etre un as des statistiques ne suffit pas

Les formations et les métiers étant encore trop récents, les recruteurs ne peuvent se cantonner aux profils diplômés en Big Data. Ils apprécient notamment les ingénieurs issus de formations mathématiques, statistiques ou informatiques qui maîtrisent les sujets connexes à l’analyse comme la gestion de projet, l’économie, la communication ou encore les enjeux business. « Quand je veux recruter un Business Analyst, je ne cherche pas forcément des diplômés en Big Data mais plutôt des formations type MIAGE (Méthodes Informatiques Appliquées à la Gestion des Entreprises), ou des formations universitaires en Intelligence Artificielle et Décision ou même des diplômés d’école de commerce qui peuvent ensuite travailler en binôme avec un profil plus technique », explique Andrea Zeria, qui regrette la trop grande place accordée à la dimension purement statistique dans les formations Big Data. 

Comment se former au « métier le plus sexy du 21e siècle »

Les formations dédiées au Big Data sont de plus en plus nombreuses, surtout au sein des écoles d’ingénieurs. Télécom ParisTech fait partie des premières à avoir lancé un Mastère spécialisé à la rentrée 2013. « Les profils sont assez variés, note Stéphan Clémençon. La première promotion est composée à parts égales de jeunes ingénieurs avec deux ou trois ans d’expérience qui ressentent le besoin de se spécialiser, de professionnels de l’informatique décisionnelle qui ont besoin de monter en compétences, et de professionnels de la finance ou du marketing par exemple, qui à l’approche de la quarantaine veulent se reconvertir dans un domaine plus technique. » 

Les écoles d’ingénieurs comme les écoles de management créent souvent des cursus en partenariat avec des entreprises. HEC propose ainsi une formation « Big Data et Business Analytics » avec l’appui du groupe IBM et une Chaire d’enseignement « Stratégie Digitale et Big Data » avec Axa. L’Essec a créé une chaire « Strategic Business Analytics » avec Accenture. Par ailleurs, la Conférence des Grandes Ecoles vient d’accréditer le Mastère Spécialisé en Big Data lancée par l’Ensimag (Grenoble INP) et l’EMSI Grenoble (GEM) pour la rentrée 2014. L’Ensae, école de statistique, a créé une filière Data Science. Télécom Nancy, l’Ensaie, Epita, ECE Paris et bien d’autres ont intégré le sujet dans leurs parcours de formation. 

Découvrir les offres de formations longues aux big data

Les entreprises prennent les devants

Certaines entreprises font le choix de former leurs propres collaborateurs à cette nouvelle problématique, à l’image de Micropole, société de consulting spécialisée IT. « Le Big Data est un vrai sujet stratégique pour nous, explique Isabelle Tharaud, responsable formation et développement des compétences. Nous sommes passés d’une phase de conseils à un réel besoin de mise en œuvre et d’accompagnement des projets de nos clients. Nous avons donc mis en place un plan de formation afin de faire monter en compétences nos collaborateurs - ingénieurs d’étude, experts ou encore chefs de projet. Trois types de formations, très techniques et pointues, sont ainsi dispensées sur quatre jours : développeur, administrateur et data analyst. » 

Des cursus plus courts

Si vous n’avez pas plusieurs mois devant vous, les Mooc (Massive open online course), des cours disponibles en ligne gratuitement, sont un très bon moyen de s’auto-former. L’un des premiers consacré au Big Data en France est celui de l’École Polytechnique qui se déroule sur douze semaines à raison de quatre à six heures de travail hebdomadaires. Vous devez bien sûr déjà avoir un profil scientifique solide. Quant aux formations de quelques jours proposées par les organismes de formations, il s’agit d’une sensibilisation à la question. Elles s’adressent plutôt à ceux qui veulent, dans un premier temps, comprendre les enjeux du Big Data.

Découvrir les formations courtes en big data

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

Pas de commentaire

Publicité

Les fiches métiers

Les dernières brèves

Dans la même rubrique