Formation à distance : comment organiser son travail?

Publié par © Kelformation - Agnès Wojciechowicz le

S’engager dans une formation continue à distance requiert beaucoup de motivation et un grand sens de l’autodiscipline. D’autant qu’il n’est pas toujours aisé de conjuguer travail en entreprise et bachotage. Articuler les deux afin d’optimiser son apprentissage est toutefois possible, à condition de bien s’organiser.

« Connais-toi toi même »/h2>

C’est le premier conseil que prodigue Jean-Marc Fayolle, directeur d’E-learning Time by Abilways. « Il faut tout d’abord s’informer sur les modalités de la formation afin de déterminer si l’on est prêt à s’engager dans ce type de dispositif », précise-t-il. Définir au préalable la charge de travail à fournir vous permettra de voir si vous aurez matériellement le temps d’entreprendre le cursus choisi. En parallèle, renseignez-vous auprès de l’établissement et des anciens élèves pour obtenir des retours d’expériences sur l’investissement requis, que ce soit par jour ou par semaine. 

Planifier son travail

« Il faut commencer par bloquer des plages de temps libre, puis bloquer celles nécessaires à la formation, selon qu’on est plutôt efficace le matin ou le soir, la semaine ou le week-end », poursuit Jean-Marc Fayolle. Le cursus peut être contraignant mais il doit également être synonyme de plaisir. Il est donc primordial de réserver des plages horaires pour se reposer ou se changer les idées : l’enjeu est d’éviter la saturation. Ensuite, établissez des deadlines dans votre planning, surtout si votre formation implique des travaux à rendre. « Il faut essayer de travailler régulièrement, tous les jours, et privilégier la fréquence plutôt que la quantité », préconise Marie-Christine Sounillac, chargée de formation à l’IGS. 

Suivre son rythme

Marie-Christine Sounillac croit également qu’il est nécessaire « de prévoir 8 à 10 heures de travail par semaine pour réussir à assimiler les modules. » Néanmoins, tous ne parviendront par à garder cette cadence. Ça n’est pas synonyme d’échec pour autant. L’important est ici de travailler en fonction de ses possibilités. « Il faut trouver son propre rythme et ne pas hésiter à le faire évoluer par la suite puisqu’une formation n’est jamais linéaire et comporte des paliers », confirme Jean-Marc Fayolle. On peut tout à fait modifier son rythme de croisière en cours de route. Cela permet d’éviter le découragement. « Il faut prendre le temps de rentrer dans sa formation et ne pas se figer dans un dispositif s’il n’est pas bon », souligne Jean-Marc Fayolle. 

Trouver sa place

Pour potasser vos cours, il est indispensable que vous trouviez un endroit calme et isolé, surtout en période de révisions. Vous pouvez rester chez vous, à condition de vous ménager un lieu sans distraction et qui incite au travail. Si cette option est difficile à concrétiser, préférez l’extérieur : une bibliothèque par exemple. « Cela demande que l’on sorte de chez soi, cela oblige à une action et peut aider ceux qui ont du mal à s’organiser », note Marie-Christine Sounillac. Si votre lieu de travail dispose d’un centre de ressources, profitez-en pour y étudier. Si vous travaillez en open-space, attendez que les bureaux se vident, à la pause-déjeuner, pour profiter du calme revenu et optimiser votre concentration. Si vous êtes du matin, arrivez une heure ou deux avant vos collègues pour potasser vos cours dans le silence absolu. A travailler de cette manière, vous réussirez ainsi à consacrer vos week-ends au repos et esquiverez le trop-plein. 

Réviser ponctuellement

Avec les exigences qu’implique une activité professionnelle, la fatigue qui s’invite et une légère tendance à la procrastination, on peut très rapidement se sentir dépassé. Pour ne pas perdre le fil de son cursus, un remède : la révision régulière et non en fin de parcours. « On peut s’y mettre toutes les deux ou trois séances ou alors avant de démarrer une nouvelle activité, propose Jean-Marc Fayolle. C’est d’autant plus nécessaire que la formation suit généralement une évolution. » Marie-Christine Sounillac complète : « il est primordial d’arriver à faire la synthèse de ce qu’on a appris au fur et à mesure, en se concentrant sur l’essentiel à retenir. » Rédiger des fiches reprenant les points importants peut vous y aider. Car « la formation est un apprentissage progressif, il faut faire jouer sa mémoire à long terme pour ancrer les acquis dans son cerveau », conclut le directeur d’E-learning Time by Abilways.

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

  • aissa
    bonjour.je souhaite poursuivre des etudes apres ma retraite a 50 ans actuellement j ai 57 ans et titulaire d un d.e.s.s en finance et comptabilite avec 30 ans d experience en gestion generale.cpt.adm...
    ayant prepare un d.e.s.s en management j ai change de specialite que faire pour continuer dans le domaine de management.merci a toute l equipe. aissa .chaib manager retraite

    Répondre

  • amisi
    bonjour, je compte aussi de suivre la formation en distance pour le renforcement des capacités. Merci à la prochaine.

    Répondre

Publicité

Les dernières brèves

Dans la même rubrique