Comment apprendre à gagner du temps... sans en perdre

Publié par © Kelformation - Marion Senant le

Vous êtes surbooké ? Votre boite mail déborde ? Vos réunions s’éternisent et vos projets prennent du retard ? N’auriez-vous pas un problème pour gérer votre temps ? Alors voici trois questions à se poser pour être sûr de ne pas perdre votre temps à apprendre à le gérer.

Passer deux jours pour apprendre à gérer votre temps, vous n’en voyez vraiment pas l’intérêt. Et pourtant, il y a une raison si on vous demande de prendre du temps pour apprendre à en gagner. « C’est important de prendre ce temps en dehors de l’entreprise pour avoir un ‘‘déclic’’ : faire face à ses contradictions, comprendre l’absurdité de certains de nos comportements et les remettre en cause », confie Pierre-Thomas Lemierre, responsable développement pédagogique chez Docendi.

Le formateur en convient lui-même, aborder une formation sur la gestion du temps sans y avoir réfléchit au préalable n’a pas grand intérêt. Voici les questions à se poser :

 

Quel est votre rapport au temps ?

Le temps ne signifie pas la même chose pour tout le monde. Notre contexte de vie influe bien évidemment sur notre rapport au temps. Au début de votre réflexion, il faut identifier les impératifs auxquels vous êtes soumis : famille, enfant, trajets… tout cela a un impact sur votre gestion du temps, qu’il soit professionnel ou privé.

Mais votre mode de vie ne fait pas tout. Vous vous demandez parfois comment votre collègue se débrouille pour être systématiquement en retard d’un quart d’heure le matin ? Ou bien comment cet autre membre de l’équipe semble toujours débordé ? Ou pourquoi votre chef est encore à son bureau jusqu’à 22 heures tous les soirs ? « Le profil personnel par rapport au temps est irrationnel et indépendant de son contexte de vie », explique le docteur Christine Mirabel-Sarron, psychiatre hospitalière et auteur de « Bien gérer son temps – pour vivre mieux » avec Nayla Chidiac.

Il arrive que cette « personnalité » devienne problématique au point de menacer son emploi. Cela peut arriver avec les retardataires ‘‘pathologiques’’ par exemple. Dans ces cas, la personne a besoin d’entamer « un véritable travail sur elle-même, qui doit se faire avec un professionnel de la psychologie ou de la psychiatrie », affirme Christine Mirabel-Sarron.

Voir les formations en gestion du temps 

Quel est votre problème avec le temps ?

En analysant votre personnalité et votre contexte de vie, vous allez faire ressortir vos problèmes récurrents avec le temps. Il faut ensuite les identifier. Ils peuvent être de trois sortes :

Biologiques : « Une personne fatiguée, avec une mauvaise hygiène de vie va avoir du mal à gérer son temps », affirme Christine Mirabel-Sarron. Quand on a des problèmes avec son agenda, la première question à se poser est « suis-je fatigué ? ». Parfois, il suffit juste d’introduire un peu d’exercice physique dans sa routine pour mieux dormir et régler son problème avec le temps.

Emotionnels : le stress ou une légère déprime peuvent avoir des conséquences sur notre façon d’aborder le temps. Il faut rester attentif aux symptômes et ne pas hésiter à consulter.

Rationnels : vous ne rencontrez aucun problème biologique ou émotionnel, et pourtant, vous n’arrivez pas à vous organiser. Vous courez après le temps, après votre train, après vos dossiers. Bref, vous avez besoin d’outils pour vous apprendre à prioriser votre travail et à planifier votre temps. Les formations en gestion du temps sont faites pour vous.

 

Qu’allez-vous faire de votre nouveau « temps libre » ?

La nature a horreur du vide, votre cerveau aussi. Gérer son temps, cela veut souvent dire en gagner. Mais pour en faire quoi ? Dans le cas d’une personne incapable de quitter son bureau avant 22 heures, le simple fait de se dire « je veux apprendre à gérer mon temps pour partir plus tôt » ne va pas fonctionner. « Il faut absolument occuper le temps psychique libéré », prévient Christine Mirabel-Sarron. La solution serait alors de se dire que l’on veut rentrer plus tôt pour : diner en famille, aller à un entrainement de sport, au cinéma, bricoler… il existe des centaines de raisons, le tout est d’en avoir une.

 

Pour bien se former à la gestion du temps, il faut commencer par comprendre son rapport au temps, puis définir ses priorités. « Après seulement, on peut commencer à mettre en place des techniques de planification, puis apprendre à gérer l’aspect relationnel des choses », résume Pierre-Thomas Lemierre.

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

Pas de commentaire

Publicité

Les dernières brèves

Dans la même rubrique