Les clés pour réussir le CAP Petite enfance

Publié par © Kelformation - Aurélie Tachot le

Vous souhaitez prendre une nouvelle trajectoire professionnelle et travailler auprès de jeunes enfants ? Le CAP Petite enfance peut vous permettre d’exercer dans une structure de garde collective ou à domicile. Pré-requis, modalités d’apprentissage, financement… Voici un guide pour répondre à toutes vos questions.

Qui peut s’inscrire en CAP Petite Enfance ?

Pour s’inscrire en CAP Petite Enfance dans le cadre de la formation continue, il faut simplement avec 18 ans ou plus dans l’année du passage de l’examen et avoir validé son année de 3ème. Il n’y a aucun pré-requis au niveau des diplômes, mais il faut quand même disposer des qualités nécessaires pour travailler avec des enfants en bas âge (0 à 6 ans). Les candidats doivent être autonome, patient et avoir un bon sens des responsabilités.

« Nous accueillons à la fois des jeunes âgés de 18 à 25 ans ainsi que des mères de famille qui souhaitent se reconvertir », explique Estelle Denis, directrice de l’école Cours Minerve. Parmi ces reconvertis, « nombreux sont ceux qui viennent des secteurs de la distribution, de la restauration et du nettoyage », ajoute Kaci Ouhamou, responsable pédagogique au sein du Greta M2S.

 

Comment préparer le CAP Petite Enfance ?

En formation continue, le CAP se prépare en une année scolaire, parfois plus. Au Cned, « l’enseignement professionnel comprend 600 heures de cours et l’enseignement général, qui est optionnel, est de 250 heures », illustre Martine Chauvinc, responsable de formation. Au Greta, les parcours de formation comprennent entre 502 et 720 heures de formation.

Les adultes déjà titulaires d’un diplôme de niveau V ou IV peuvent être dispensés de suivre les matières générales (français, maths, sciences, histoire-géo). En revanche, les enseignements professionnels sont obligatoires. « Ils comprennent la prise en charge de l’enfant à domicile, l’accompagnement éducatif de l’enfant et les techniques de service à l’usager », explique Kaci Ouhamou. Au cours de sa formation, l’élève devra également suivre un stage pratique de 12 semaines.

Les candidats qui sont déjà diplômés de certains BEP, CAP ou Certificats ne sont pas obligés de suivre l’ensemble des enseignements professionnels (pour voir de quel diplôme il s’agit, voir le référentiel).

 

Quel mode d’apprentissage choisir ?

A distance, en présentiel, à mi-temps, à plein temps… Les modalités d’apprentissage sont nombreuses pour le CAP Petite Enfance. Lorsque c’est possible, mieux vaut privilégier la formation en présentiel. « Notre formation à temps plein alterne entre les cours magistraux, les travaux pratiques, les travaux dirigés en centre de ressources et l’auto-formation », illustre Kaci Ouhamou.

L’enseignement à distance présente lui de nombreux avantages pour les mères de famille et les personnes qui ont un emploi et souhaitent se reconvertir. « Des modules d’e-learning leur permettent d’apprendre en toute autonomie et d’organiser elles-mêmes leur temps de travail », précise Estelle Denis. Rassurez-vous ! Les élèves qui optent pour ce choix ne sont pas seuls devant leur ordinateur. « Des journées de révision ainsi que des journées thématiques de regroupement sont organisées. En parallèle, les élèves disposent d’une permanence téléphonique de professeurs. »

Quelle que soit l’option choisie, mieux vaut être régulier dans son apprentissage. « Nous conseillons à nos élèves de travailler 20 heures par semaine », confie Martine Chauvinc.

 

Comment financer sa formation ?

Lorsqu’ils ne financent pas eux-mêmes leurs CAP, les adultes s’appuient sur plusieurs dispositifs, selon leur situation. « Environ 90 % des adultes suivent le CAP Petite enfance dans le cadre du Congé individuel de formation. Dans ce cas, c’est le Fongecif qui prend en charge les frais », explique Kaci Ouhamou.

Les salariés de la fonction publique se tournent eux vers le Congé de formation professionnelle (CFP) pour suivre ce cursus. Les frais de formation sont alors couverts par l’administration.

Les demandeurs d’emploi peuvent solliciter l’appui financier de Pôle Emploi. A noter que grâce à un Programme départemental d’insertion (PDI), certains conseils généraux prennent en charge les coûts de la formation des chômeurs.

Les personnes qui touchent le Revenu de solidarité active (RSA) peuvent, elles aussi, se faire aider. « Pour elles, le financement de la formation est plafonné au plus bas. Ici aussi, Pôle Emploi et les conseils généraux prennent le relai », conclut le responsable pédagogique du Greta M2S.

 

 Dans le même dossier : 

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

  • Fatima
    Je suis en formation on cap petite enfance j ai un niveau ٧ et normalement je suis dispensé des domaine généraux et la je vien de voir que mon bac étranger n est pas accepté alors que je suis en plien formation il faut que je passe les domaine généraux je sais pas est ce que c normal ou pas

    Répondre

Publicité

Les dernières brèves

Dans la même rubrique