Retraite : a-t-on vraiment besoin de s'y préparer?

Publié par © Kelformation - Aurélie Tachot le

Pendant des années, vous vous êtes dit « vivement la retraite ». Et maintenant que vous y êtes, cela vous angoisse terriblement. Pas de panique, il est normal d’appréhender l’arrêt de sa vie professionnelle. Un accompagnement adapté peut vous aider à passer le cap en douceur et devenir un joyeux retraité.

Se préparer à la retraite, est-ce bien nécessaire ?

Le concept fait sourire bon nombre de seniors… Pourtant, comme tout changement de cap, le passage à la retraite n’est pas forcément un long fleuve tranquille. Et pour cause : « cette transition entraîne une rupture du rythme de vie, du réseau relationnel et un sentiment d’isolement », avance Sophie Muffang, psychologue et auteure de l’ouvrage « La retraite ? Pas si simple ! ». Une analyse partagée par Marie-Armelle Mubiri, consultante chez Evoleo Formation. « La retraite oblige à un certain renoncement. Il faut se créer de nouveaux repères », décrypte-t-elle.

Même s’il est bien accueilli, le passage du statut de travailleur à celui de retraité demeure délicat. Et si certains seniors attendent cette étape avec enthousiasme, « d’autres sont plus sceptiques sur la manière dont ils devront gérer leurs temps », constate Patrick d’Arcangues, formateur pour CSP Formation. La situation est souvent plus difficile à gérer pour les salariés sans enfant ni conjoint et les cadres supérieurs et dirigeants qui ont investis presque 100% de leur temps dans leur activité professionnelle. « L’objectif d’une formation à la retraite va être de permettre à ces personnes de réfléchir sur la manière dont elles pourront se réaliser en dehors de leur contexte professionnel », explique Marie-Armelle Mubiri. Un enjeu de taille lorsqu’on sait que la durée moyenne de la retraite avoisine désormais 25 ans.

Voir les formations de préparation à la retraite 

Qu’apprend-t-on dans les stages de préparation à la retraite ?

« Pension de réversion » et « estimation indicative globale » ne font pas partie de votre vocabulaire quotidien ? Les stages de préparation à la retraite permettent justement de venir à bout de ce jargon administratif. Avant d’entrer dans l’accompagnement pur et dur, les formateurs livrent à leurs stagiaires des conseils pour préparer leur futur dossier de retraite. « Je leur propose un diaporama sur l’historique des systèmes de retraite, leur livre des informations sur la retraite de base de la sécurité sociale et la retraite complémentaire et leur donne une estimation du montant qu’ils percevront », explique Patrick d’Arcangues. À l’issue de sa présentation, le formateur leur remet également un livret « qui indique les documents qu’il faut télécharger pour monter son dossier. »

Une fois les questions pratico-pratiques élucidées, les formateurs entrent dans le vif du sujet et proposent généralement une réflexion autour du changement. Pas d’exercices pratiques, encore moins de jeux de rôle, le sujet est tout simplement abordé sur le ton de la discussion.

Pour initier la réflexion, Marie-Armelle Mubiri invite ses stagiaires à s’interroger sur la représentation qu’ils se font de la retraite. Elle met ensuite cet échange en perspective pour encourager les prises de conscience : « Ces réflexions permettent aux personnes de se détacher des clichés selon lesquels la retraite, c’est soit formidable, soit le marchepied de la mort », confirme Sophie Muffang. De fait, l’objectif de ces stages n’est pas seulement d’apporter des réponses concrètes. « C’est aussi et surtout de susciter de nouvelles ouvertures. »

 

Quels thèmes aborde-t-on dans ces formations ?

Cette première réflexion autour de la représentation de la retraite est un point de départ pour aborder, toujours sur le ton de la discussion, des thèmes aussi variés que l’acceptation du regard des autres, la gestion du temps, le vieillissement mais aussi l’équilibre alimentaire, le sport et la mémoire. « Les retraités appréhendent que cette dernière soit moins sollicitée et réclament souvent des exercices de mémorisation à réaliser au quotidien », constate Patrick d’Arcangues.

Les cycles de préparation proposés par les organismes de formation ou par les services d’action sociale des caisses de retraite donnent par ailleurs des premières pistes pour aider les futurs retraités à trouver des occupations. C’est avec un carnet d’adresses gros comme un annuaire que Patrick d’Arcangues se rend donc aux formations qu’il anime. « Comme les retraités sont nombreux à vouloir se diriger vers le monde associatif, je leur donne des bonnes adresses dans tous les domaines, du club de pêche à l’université du troisième âge, et je leur précise quelles sont les attentes de ces structures », conclut-il.

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

  • val
    interessée par votre message car je travaille actuellement sur un mémoire concernant les préparations retraite.
    Puis je entrer en contact avec vous Mariedessaint?

    Répondre

  • Mariedessaint
    Je prépare des gens à la retraite depuis plus de 15 ans et je réalise que le plus important est de montrer que l'on va vivre, tout naturellement plusieurs retraites. Peut-être trop active ou début, ou peut-être pas assez active. Il faut accepter la transition. On ne se coupe pas comme cela du jour au lendemain, de toutes ces années durant lesquelles le travail était au centre de nos préoccupations. Ne pas ressentir d'obligations, mais surtout ouvrir les yeux sur tout ce qui est possible de faire à la retraite. Un bon bilan de vie est nécessaire (Qui suis-je sous mes masques professionnels et sociaux?). Résister à l'heureux engourdissement du confort du quotidien car cela finit par avoir un impact sur les fonctions cognitives (mémoire, concentration, planification) en plus de réduire la mobilité, etc.

    Répondre

  • boualem
    Cadre dirigeant dans une entreprise portuaire,bientôt la soixantaine ,je me prépare à mon départ en retraite après 43 ans de service, et je suis plutôt animé d'un sentiment d'ingratitude de l'entreprise que j'ai servi, en contrepartie d'un salaire me dirait vous.
    Enfin tout comme le soldat et la patrie!
    Salutations

    Répondre

  • camulogène
    Pour "sécuriser" l'avenir des retraites, commencer par harmoniser cela :
    - Base de calcul de la pension
    fonctionnaires: 6 derniers mois de traitement
    autres salariés: 25 meilleures années
    - Age de départ à la retraite
    fonctionnaires: 50, 52 ans et 57 ans, 60 ou 62 ans
    autres salariés: 60 ou 62 ans
    - Majoration parents famille nombreuse
    fonctionnaires: 10% pour 3 enfants, 15% pour 4 enfants, 20% pour 5 enfants, etc.
    autres salariés: 10% à partir de 3 enfants

    - Distribution de trimestres gratuits (hors majorations pour enfants)
    fonctionnaires: oui pour services hors Europe, Outre-Mer, pour tous les agents autorisés à partir avant 55 ans
    autres salariés: non
    - Réversion (pour les veufs et les veuves)
    fonctionnaires: aucune condition
    autres salariés: condition d'âge (55 ou 60 ans, suivant la caisse) et condition de ressources
    - Niveau de retraite garanti
    fonctionnaires: oui, au minimum 75% du dernier salaire, pour une "carrière complète"
    autres salariés: minimum vieillesse 620,92€/mois si départ à taux plein.

    Pour faire évoluer ce système, c'est la meilleure des solutions, sine qua non.

    Répondre

Publicité

Les dernières brèves

Dans la même rubrique