Les salaires des diplômés des grandes écoles en baisse

Publié par Marion Senant © Kelformation le

La nouvelle enquête insertion de la Conférence des Grandes Ecoles (CGE) montre la grande stabilité du label « grande école » sur le marché du travail. Les jeunes diplômés d’écoles d’ingénieurs et de management s’insèrent toujours aussi bien, mais leur salaire continue de baisser.

C’est un bilan en demi-teinte que propose cette année la CGE avec son enquête d’insertion 2014. D’un côté les grandes écoles conservent leur rôle de protection contre le chômage, mais de l’autre, les salaires de sortie de ses jeunes diplômés ne font que baisser depuis 2011.

Avec un taux net d’emploi de 80,5%, les diplômés des promos 2013 des grandes écoles s’en sortent bien mieux que leurs congénères diplômés de l’université ou, bien sûr, non diplômés. Et si on considère la promotion 2012, qui est entrée sur le marché du travail il y a un an à un an et demi, le taux net d’emploi est de 93% ! Preuve que les jeunes diplômés d’écoles de commerce et d’ingénieurs s’insèrent sans problème dans leur vie professionnelle.

Pour beaucoup, c’est le stage qui leur a servi de passerelle vers le monde du travail : 43% des jeunes déclarent ainsi avoir trouvé leur emploi grâce à leur stage de fin d’étude, ou celui effectué pendant leur année de césure ou bien grâce à une expérience en alternance.

Là où le bât blesse, c’est au niveau de la rémunération. Le salaire annuel moyen brut d’entrée (hors prime) est de 32 862€ en 2014. Par rapport à 2013, ce chiffre est en très légère baisse (-0,6%), mais sur deux ans, il a perdu près de 4%. Seuls les diplômés d’une école de management bénéficient d’un salaire annuel moyen très (très) légèrement supérieur à l’année précédente.

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

Pas de commentaire

Publicité

Les dernières brèves

Dans la même rubrique