Bac +3 : tout savoir sur la licence professionnelle

Publié par © Kelformation - Dalia Bridi le

La licence professionnelle a été conçue en 1999 pour permettre une insertion professionnelle rapide. Depuis à la réforme LMD de 2002 (« Licence-Master-Doctorat »), modifiant le système d’enseignement supérieur français pour l’adapter aux standards européens, l’engouement des étudiants pour les licences professionnelles ne cesse de croître.

Pour Nicolas Renaudin, Président de l'IUT de la Rochelle et président de l'ADEFSA (Association pour le Développement de l'Alternance en Formations Supérieures), « le principe des licences professionnelles est de poursuivre un an d’études professionnelles au niveau bac +3. Les élèves sont issus de plusieurs formations : DUT, BTS mais aussi de L2 ou de DEUST. Les licences professionnelles sont proposées par les universités, les IUT ou encore les Chambres consulaires, soit en formation initiale, soit en apprentissage par le biais des CFA (Centre de Formation d’Apprentis). »

Sanctionnée par un diplôme de licence reconnu au niveau européen, la licence professionnelle est accessible après sélection sur dossier et entretien de motivation. Les enseignements sont dispensés en bonne partie par des professionnels des secteurs concernés et la formation intègre une période de stage de douze à seize semaines.

Plus de 1 800 licences professionnelles

Les étudiants qui choisissent de poursuivre une licence universitaire classique se dirigent majoritairement vers une poursuite d’étude niveau bac +4/5, contrairement à ceux qui optent pour une voie professionnelle afin d’intégrer le marché du travail à bac +3, comme l’explique Nicolas Renaudin, également président départemental du Medef de Charente-Maritime : « la distinction se fait entre formations générales (L3 en université) et formations professionnelles (Licence Pro). Les Licences Pro permettent une poursuite d'études mais surtout une insertion professionnelle rapide. La pédagogie y est totalement différente. »

Voir notre article: Licence pro, avez-vous le profil?

Les 1 818 licences professionnelles couvrent une large palette de secteurs d’activité : production agricole ou industrielle, génie civil, bâtiment, électricité-électronique, informatique, chimie, biotechnologies, commerce, gestion, banque-assurance, communication, santé-social, hôtellerie, tourisme,…

Face à la multitude de choix possible, certains peuvent se sentir découragés. Pour faire le point, le mieux est de consulter le service de scolarité de l’IUT le plus proche de chez vous qui vous donnera une carte d’orientation claire.

Quel que soit le cursus choisi, la voie de l’alternance est un choix pertinent en licence professionnelle afin d’acquérir un savoir-faire sur le terrain en plus de la formation théorique et d’optimiser ainsi ses chances de s’insérer rapidement sur le marché de l’emploi.

Voir le témoignage de Pierre-Olivier Kouyoumdjian sur la licence pro en alternance

Un savoir-faire reconnu par les entreprises

Certains étudiants sont tentés d’arrêter leurs études à bac +2. Mais il faut admettre que de plus en plus d’entreprises privilégient les bac +3 et bac +5. « En règle générale, la demande est à bac +3 ou bac +5, explique le Président de l'IUT de la Rochelle. Ainsi, 93 % des étudiants de l'Association pour le Développement de l'Alternance en Formations Supérieures obtiennent un emploi après un bac +3. Cependant, ce n’est pas valable pour tous les secteurs d’activité. Par exemple, pour les métiers de l’industrie, il est préférable de favoriser une formation à bac +2 puis de poursuivre sa formation en interne au sein de l’entreprise. »

Les secteurs qui plébiscitent les licences professionnelles

  • Santé/social
  • Tourisme
  • Banque/assurance
  • Audit
  • Distribution
  • Génie biologique

Commentaires

Tous les champs sont obligatoires.


Vos réactions

Pas de commentaire

Publicité

Les dernières brèves

Dans la même rubrique