Conducteur de taxi

  • Description
  • Salaire
  • Évolution de carrière
  • Pré-requis
  • Où se renseigner

De jour comme de nuit, en fin de semaine et jours fériés compris, le chauffeur de taxi est là pour transporter ses clients d’un endroit à un autre. Trois statuts différents cohabitent dans la profession : les artisans (56 %) conduisent leur propre véhicule ; les chauffeurs locataires (27 %) le louent à des prestataires spécialisés et les conducteurs salariés (17 %) travaillent pour le compte d’une entreprise de taxis. Propriétaire ou exploitant, le chauffeur de taxi doit obligatoirement obtenir une « autorisation de stationnement ». Le chauffeur de taxi ne peut exercer que sous un seul statut à la fois.

Le chauffeur de taxi ne se contente pas seulement d’attendre les clients et de les conduire d’un point à un autre. S’il veut travailler de façon rentable, il a tout intérêt à établir une stratégie de prise en charge : il doit savoir se trouver aux bons endroits (gares, aéroports, boîtes de nuit…) au bon moment !
Les conditions de travail sont parfois difficiles : stress de la conduite, contrainte d’être assis dans un véhicule pendant de longues heures, travailler de nuit ou les jours fériés… En contrepartie, le chauffeur de taxi a l’avantage de pouvoir organiser son temps de travail, être le « seul maître à bord ». Son instrument de travail : une voiture équipée des attributs de la profession : compteur horokilométrique, indicateur lumineux de tarif, système de communication radio, système d’information trafic, terminal de paiement, outils de téléphonie mobile…
Tous droits réservés CIDJ
Il est très difficile de donner des chiffres relatifs aux salaires d’un chauffeur de taxi. De nombreux paramètres entrent en ligne de compte : statut, ville, nuit/jour, pourboires. Seuls des ordres de grandeur sont possibles. En tant que salarié un « taxi » peut envisager, en ville, un salaire moyen autour de 1 600/1 700 € par mois. En tant qu’artisan certains avancent des revenus possibles de l’ordre de 3 000/3 200 € mensuels.
Le statut de chauffeur-locataire est bien souvent un passage
intermédiaire avant de pouvoir exercer en tant qu’artisan, dans l’attente d’avoir l’expérience requise et la possibilité financière d’acquérir l’autorisation de stationnement. Les chauffeurs de taxi peuvent orienter leur activité vers des transports spécialisés : scolaires, handicapés, livraison de médicaments. Les pouvoirs publics envisagent de leur conférer un statut de transporteur public.
La profession de conducteur de taxi est organisée par le ministère
de l’Intérieur qui fixe la réglementation de délivrance du « certificat de capacité professionnelle », obligatoire pour exercer. L’éducation nationale n’assure pas ce type de préparation.
Conditions préalables : posséder le permis de conduire B depuis 2 ans au moins, être en bonne condition physique, avoir un casier judiciaire vierge et posséder un diplôme de secourisme (au minimum l’attestation de formation aux premiers secours). Le dossier de candidature est à demander à la préfecture de votre domicile.

Fédération nationale des entrepreneurs de taxis
129, rue Jules Guesde
92300 - Levallois-Perret
Tél : 01 47 31 70 07

Fédération nationale des artisans du taxi
44, rue Armand Carrel
75019 - Paris
Tél : 01 44 52 23 84
www.artisan-taxi.com

Publicité